Les participants sont repartis avec l’espoir de pouvoir suivre les autres formations EFF

Par Benoît :

C’est à Kaya, située au nord du Burkina Faso, à 100 km de la capitale Ouagadougou, que nous avons animé un séminaire de formation des animateurs du CDE (Centre de Développement pour Enfants) du lundi 23  au jeudi 26 octobre 2017 de 8h à 16h.

 

La formation a été organisée par Mme Phoebé Landoande et le frère Boufma Kabsi.

Nous avons eu la participation de 39 animateurs venus de différents centres CDE et de différentes villes du Burkina Faso.

Il est à souligner que les participants ont bien apprécié la formation et sont repartis très satisfaits du contenu de la formation et surtout de la méthodologie très participative que nous avons utilisée.

C’est donc avec l’espoir de pouvoir suivre les autres formations EFF que les participants sont repartis chez eux.

Voici quelques images de cette merveilleuse rencontre :

Les participants en plein travail de groupe

 

 

 

 

 

Photo d’ensemble prise avec quelques participants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps de restauration pour clore la rencontre

 

 

 

 

Jour 4 – ASR à Ouaga


Par Ablawa


Jour 4 d’ASR au temple Emmanuel :

« Une journée riche en témoignages et en anecdotes »

 

20151122_183740

 

La journée du jeudi 26 novembre 2015 fut très chargée pour les participants à la formation ASR au temple Emmanuel. Les formateurs Yao et Jeanne N’Guettia ont mis l’accent sur les points essentiels à connaitre au niveau des sessions restantes du guide de l’animateur à travers des projections vidéo et des versets bibliques. Ils ont insisté principalement sur l’anatomie d’un jeune victime des médias, la progression vers le sexe, les IST, le VIH/Sida et d’autres aspects importants de ce guide.

 

Plusieurs participants ont partagé leurs expériences personnelles par rapport à la progression vers le sexe, l’abandon des études à cause d’une histoire amoureuse, les difficultés dans le couple, etc,… pour édifier l’assistance.

 

La journée a pris fin suite à la restitution des travaux en atelier sur les croyances ou pratiques traditionnelles qui ne favorisent pas l’épanouissement de l’homme et de la femme sur le plan affectif et sexuel. Plusieurs anecdotes ont été partagées à cet effet. En voici quelques-­unes…

 

Quelques anecdotes…

 

« Chez nous, dans un couple, la femme peut montrer à son mari qu’elle le désire en donnant du mil à la volaille. De même, lorsqu’elle est indisposée et ne pourra pas satisfaire son mari sur le plan sexuel, elle le lui signale en nouant un fil à ses reins ».

 

« Une femme m’a dit que la première fois où elle s’est rendue avec son mari dans la maison familiale, son beau-­frère a voulu avoir des rapports sexuels avec elle. À son étonnement, ce dernier lui a notifié que c’est ce que la tradition exige chez eux ».

 

« Dans notre village, les mères chrétiennes qui se dirigeaient versgift-553143_640 les dispensaires pour la circoncision ont commencé par amener leurs enfants garçons dans les camps d’initiation lorsque vient le moment de la circoncision. La raison est toute simple : lorsqu’un enfant finit l’initiation avec succès, les amis de la famille lui apportent des cadeaux. Ainsi, pour ces femmes, il fallait le faire pour recevoir aussi des cadeaux ».

 

Les photos…

2e-formation-asr1

Jour 3 – ASR Ouaga


Par Ablawa


ASR_picto_smiley                           Jour 3 d’ASR :
« On se rend compte que les enfants ne sont pas si naïfs qu’on le croit… »

 

Mercredi 25 novembre 2015, en cette troisième journée d’« Aimer sans Regrets » à Ouagadougou au temple Emmanuel, plusieurs sessions du guide de l’animateur ont été abordées avec les participants.

 

Au niveau de l’importance des convictions, le formateur a mis l’accent sur la conception que les enfants ont de la sexualité et de l’amour. Il a fait remarquer qu’ils (les enfants) connaissent déjà beaucoup de choses malgré leur jeune âge. Cela a été confirmé par divers témoignages des participants principalement sur leurs premières expériences amoureuses
pendant leur jeune âge.

 

Quelques témoignages

 

« Je me rappelle que j’étais au cours primaire quand une fille m’a embrassé pour la première fois. Je n’ai rien compris ce jour-­là et puis cela n’a rien réveillé en moi. Mais, je m’en rappelle encore aujourd’hui comme si c’était hier ».

 

« J’étais tombé amoureux d’une fille quand j’étais au cours primaire et j’avais dit à la fille que je voulais l’épouser. Mais, au cours d’un devoir d’école, elle a dit à l’enseignant que je regardais sur sa copie. J’étais révolté et je l’ai agressé violemment à la sortie de l’école. Cela a mis fin à notre amitié. J’avoue que je n’ai rien compris de ce qui se passait en moi à cette époque ».

 

« J’ai aimé une fille, il y a quelques années, et on vivait même ensemble. Je pensais sincèrement qu’elle allait devenir ma femme, mais elle m’a quitté un jour. Ce fut très douloureux et j’aimerais aider les autres jeunes à ne pas faire la même expérience ».

 

« Je regardais la télé avec ma fille d’environ 3 ans quand j’ai changé de chaine au moment où ils montraient deux personnes qui s’embrassaient. J’ai constaté que ma fille a sursauté lorsque j’ai zappé. Quand je lui ai demandé pourquoi, elle m’a répondu en disant que les deux personnes qu’on montrait à la télé faisaient l’amour. J’étais surpris qu’elle sache déjà ce que veut dire faire l’amour. On se rend compte que les enfants ne sont pas si naïfs qu’on le croit… »

 

Quelques images

asr ouaga 3

2e-formation-asr

Jour 2 – ASR Ouga – Temple Emmanuel


Par Ablawa


love-1010915_1280

Jour 2 d’ASR au temple Emmanuel/Ouaga :

Un accent particulier sur les pratiques sexuelles à éviter

20151124_093215[1]

Ce mardi 24 novembre, deuxième journée de la formation ASR au temple Emmanuel, fut consacré à la session 3 « Nous voulons tous des relations saines ». Le formateur Yao N’Guettia a d’abord posé les fondements pour des relations saines en mettant l’accent sur les pratiques sexuelles que Dieu a interdit aux enfants d’Israël (Lévitique 18 et autres passages bibliques).
Cela fut accompagné de faits bibliques à l’exemple du comportement des filles de Lot dans Genèse 19 : 31 à 38 et d’Absalom le fils de David dans 2 Samuel 16 : 21 à 22. Les participants furent répartis en atelier pour réfléchir sur les croyances ou pratiques traditionnelles qui ne favorisent pas l’épanouissement de l’homme et de la femme sur le plan affectif et sexuel.

Quelques témoignages…

« Chez nous, on interdit à la femme de tousser lors d’un acte sexuel avec son mari ».
« Dans notre tradition, l’homme ne doit pas enjamber la femme après un acte sexuel ».
« Je connais un homme qui n’a des rapports sexuels avec sa femme que lorsqu’elle est dans sa période de menstruation ».
… Autant de témoignages qui montrent qu’il y a des fondements à casser au niveau des leaders et encadreurs avant qu’ils ne puissent donner la bonne éducation affective et sexuelle aux jeunes pour des relations saines.

Photos…

Les participants en atelier

20151124_155255[1]

Les participantes en atelier

20151124_155009[1]

20151124_093434[1]

 

 

ASR Ouagadougou – 2ème formation


Par Ablawa


 

Date : du 23 novembre au  27 novembre 2015
Lieu : Ouagadougou, Burkina Faso – Au Temple Emmanuel de Ouagadougou
Description :  5 jours de formation sur le thème : « Aimer Sans Regrets »
Orateurs : Pasteur Yao et Jeanne N’GUETTIA, formateurs et conseillers conjugaux.
asr
2ème formation ASR à Ouagadougou :

Des pasteurs s’approprient l’outil d’éducation sexuelle

La deuxième vague de formation sur le module « Aimer Sans Regrets » a bien démarré le lundi 23 novembre 2015 au temple Emmanuel des Assemblées de Dieu à Ouagadougou.

Elle a réuni une trentaine de participants, en majorité des pasteurs de la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques (FEME).

Une cérémonie d’ouverture a marqué le début de la formation. Elle fut l’occasion pour les organisateurs (l’association « Famille, Citoyenneté et Foi ») de rappeler l’importance d’aborder les questions de sexualité avec les enfants. Ils ont également mis l’accent sur le rôle incontournable que les pasteurs ont à jouer dans la gestion de la vie affective et sexuelle. En prenant la parole, le couple formateur Yao et Jeanne N’Guettia a d’abord présenté EFF International à travers le reportage vidéo de 10 minutes.

Il a ensuite abordé les sessions 1 (le mode d’emploi) et 2 (la vidéo de témoignages) du guide de l’animateur.

Quelques témoignages après la session 1…

« Nous avons nous-­mêmes fait du sexe un problème. Sinon, cela n’a jamais été un problème pour le créateur, Dieu ».

« Ce que nous sommes en train de cacher dans les églises est dévoilé dans les médias, sur internet et dans les téléphones portables de nos enfants… »

« On constate que le peu d’enseignements donnés sur le sexe dans nos églises n’est pas clair pour être consommable par les jeunes ».

« Ce que nous venons déjà d’apprendre montre qu’il faut parler du sexe aux jeunes et… sans délai ».

« Désormais, il nous est donné de révéler aux jeunes ce qu’on essayait de cacher sur le sexe ».

« Le sexe est comme le bras, le pied ou toute autre partie du corps. Il faut savoir l’utiliser sinon ce sont des dérapages comme on l’observe aujourd’hui ».

« Nous devons enseigner aux enfants à utiliser convenablement le mode d’emploi ».

Photos…

asr ouaga 1 asr ouaga 2

ASR Ouagadougou – 5ème jour – Suite et fin


Par Ablawa


Jour 5 d’ASR à Ouaga : Suite et fin de la formation des animateurs de vie

eff burkina 14 - Copie

Démarré depuis le lundi 16 novembre dernier, la formation « Aimer Sans Regrets » à
Ouagadougou a pris fin ce vendredi. Elle a connu la participation de 82 animateurs venant de Compassion International.

 

Pendant cinq jours, les formateurs Yao et Jeanne N’Guettia venus de la Côte d’Ivoire (relais EFFen Afrique de l’Ouest) ont su amener chaque participant à une ouverture d’esprit afin de recevoir la formation et d’être capable de la transmettre aux enfants et adolescents.

 

Cette dernière journée a commencé par une exhortation donnée par un participant. En se basant sur le livre d’Ezéchiel 3 v 17 à 21, il a invité ses collègues à être des sentinelles qui vont avertir les jeunes du danger lié aux mauvaises pratiques sexuelles.

 

La journée fut marquée par deux minutes de silence pour écouter la réponse de Dieu à cette question : « Seigneur, pourquoi as-­tu permis que je suive cette formation ? », un exercice qui fut bien apprécié par les participants. Il y a eu également une mise en scène de l’activité « Anatomie d’un jeune victime des médias ».

 

En dehors de l’étude des sessions du guide de l’animateur, le formateur Yao a mis l’accent sur les recommandations de Dieu aux israélites sur la sexualité (Lévitique 18) et les instructions données dans le livre des Proverbes 5, 6 et 7.

 

La journée s’est achevée par les mots de remerciements des formateurs et des organisateurs (Yonli Diaboado Philibert et Zoungrana Souleymane de FCF) et par la remise des certificats.

 

Le couple Yao et Jeanne N’Guettia se prépare maintenant pour la formation des pasteurs sur le même module « Aimer sans Regrets » à partir du lundi 23 novembre prochain.

 

A Dieu toute la Gloire !!!

Anecdotes…

 

Il y a quelques années dans l’une de nos églises, une fille de pasteur était tombée enceinte sans mariage et chaque pasteur de l’église devait passer avec une chicotte pour la frapper. Mais, après cet événement, tous les pasteurs qui ont puni cette fille ont eu leur fille enceinte hors mariage. C’était comme une justice divine.

 

Quand j’étais au cours secondaire, au cours d’une année scolaire, un garçon m’a envoyé une lettre d’amour. En guise de réponse, j’ai souligné au stylo rouge toutes les fautes qu’il y avait dans la lettre et je lui ai mis une note de zéro. J’ai même dessiné ce zéro avec des oreilles, des yeux et une bouche. Quand j’ai renvoyé la lettre au garçon, il était très furieux et a mobilisé tous ses camarades pour me frapper. Il a fallu que mes parents m’attendent à la fin des cours ce jour là pour que j’aie la vie sauve…

 

Images…

ouaga 2015

 

eff burkina 15 - Copie