ASR Ouagadougou – 4ème jour


Par Ablawa


Jour 4 d’ASR à Ouagadougou : « Je n’ai jamais parlé de ce qui est arrivé à mes parents… »

 

eff burkina 11
Le jour 4 de la formation ASR à Ouagadougou fut consacré à l’étude de la session 4 du guide de l’animateur. Il s’agissait de l’importance des convictions qui prend en compte la connaissance de soi, la maturité et la différence entre amour, désir et coup de foudre.

 

Le formateur Yao N’Guettia a su amener les participants à rompre le silence sur ce qu’ils ont vécu dans leur enfance ou leur adolescence : premier coup de foudre, abus sexuels, violence, etc.

 

Voici quelques témoignages :

 

« J’ai eu un père très sévère qui battait ma maman très souvent. J’avais 14 ans quand il est décédé du sida. On a su qu’il était séropositif 2 ans après sa mort. Mais, son comportement m’a traumatisé et jusqu’à l’âge de 22 ans, je n’aimais pas qu’un homme m’aborde. J’avais même décidé d’apprendre le karaté pour frapper les hommes qui vont essayer de s’approcher de moi puisque dans ma tête, ils ne viennent que pour me battre ou me donner le sida ».

 

« Quand j’étais enfant, mes parents n’étaient jamais là. J’avais besoin de me sentir aimer. Alors, quand il y avait un invité à la maison, je dormais avec ce dernier. C’est ainsi qu’un ami de mon père en a profité pour abuser de moi plusieurs fois. Une nuit par exemple, quand j’avais 5 ans, il m’a obligé à le masturber… Je n’ai jamais parlé de cela à mes parents. »

 

« J’ai eu mon premier coup de foudre à l’âge de 18 ans. C’était avec le futur mari de ma cousine. Chaque fois qu’il venait à la maison, il était très gentil avec moi et me disait qu’il allait m’épouser. En plus, il avait perdu sa maman et j’éprouvais beaucoup de compassion pour lui. Mais, cela n’a pas continué parce que j’ai compris qu’il voulait plus… »

 

« Dans mon adolescence, on voulait m’obliger à épouser un homme que je n’aimais pas et les responsables de mon église étaient impliqués. Alors, j’ai quitté l’église, mais ma maman n’était pas contente de moi et ne me donnait pas à manger chaque fois que j’allais dans l’autre église. Cela m’a traumatisé et je ne voulais plus me marier. Mais, je remercie Dieu parce qu’il a amené dans ma vie un homme qui m’a aidé à comprendre la parole de Dieu »

 

« J’ai eu mon premier coup de foudre avec mon professeur de mathématiques quand j’étais en classe de sixième. J’avais 12 ans. C’était quelqu’un de méthodique et de rigoureux. Il m’avait vraiment impressionné et j’étais tombée amoureuse. Quand il venait en classe, mon cœur battait très fort. Mais, petit à petit, j’ai commencé par me dire que c’était quand même une personne très âgée et en plus il est venu aux journées culturelles avec sa femme et mes yeux se sont ouverts… »

 

Et quelques images :

eff burkina 12

eff burkina 13

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s